Réseaux sociaux : Metcalf, Einstein, mais qui dicte les lois ?

Share Button

Robert Metcalf théorisa dans les années 80 sur le fait que plus il y a d’utilisateurs dans un réseau, plus celui-ci prend de la valeur. Il voulait parler de l’intérêt que pouvaient en tirer ses participants mais qu’en est-il aujourd’hui ?

La téléréalité rencontre la bourse

Kylie Jenner – je vais modestement admettre que je ne la connaissais pas avant de lire la nouvelle dans mon fil d’info – vient de faire perdre plus d’un milliard de dollars à Snapchat. Son crime ? un tweet où elle exprime une certaine lassitude dudit réseau. Et sans intelligence aucune de sa part, ni stratégie quelconque, en tout cas avérée… Car forte de 24,5 millions d’abonnés sur Twitter et 104 millions sur Instagram, le moindre des errements philosophiques de cette star de la télé-réalité américaine est observé, commenté et re-tweeté, le démultipliant comme un écho infini. Même notre Kerviel national, avait dû faire preuve d’ingéniosité avancée pour faire perdre à lui tout seul l’équivalent à son employeur de l’époque, la Société Générale.

Bon il faut admettre que, avec ce raccourci trompeur, incontournable figure de buzz snapshatmédiatique, on vous fait passer des vessies pour des lanternes. Snapchat n’a pas perdu un milliard de dollar mais sa valorisation boursière s’est dégonflée de 1 milliard : c’est pas la même chose. Les analystes boursiers ont vu dans ce petit tweet, un signe pouvant déclencher ou accroitre la désaffection de Snapchat auprès de ses 187 millions d’utilisateurs quotidiens. Et donc faire baisser sa valeur… selon la loi quadratique de Metcalf.

On a d’ailleurs nous aussi notre expérience nationale de collusion ubuesque entre téléréalité et bourse. La star française Nabila s’est récemment fait rappeler à l’ordre par l’AMF car elle ventait, un peu à la légère, comme elle le ferait pour un champoing ou une crème de beauté, les mérites d’investir dans le Bitcoin. Mal lui en a pris, le cours de la plus populaire des crypto-monnaies s’est effondré en quelques jours.

Une loi peut en cacher une autre

Ce que ce Metcalf n’avait pas prédit, c’est cet autre phénomène engendré par la mise en réseau d’individus : la vitesse de propagation d’une information y devient exponentielle. Là, on peut s’amuser à faire appel à une autre équation, celle d’Einstein, la fameuse « e=mc2 ». Elle exprime la combinaison d’une masse et d’une vitesse – celle de la lumière dans sa théorie – pour produire une énergie ou un effet. On pourrait attribuer ici m à ce tweet, c2 au buzz engendré et E le milliard envolé en bourse. Bref, petits effets, grandes conséquences, ce que d’autres appellent l’effet papillon…

D’aucuns diront que ce phénomène dynamique est naturel : réunir des personnes en un même lieu fluidifie et accélère leurs interactions ; les grecs appelaient ça l’agora. Mais d’autres forces intensifient le mouvement. La nature du média électronique y concourt d’abord largement. Ensuite, n’est-il pas avéré qu’un Facebook, sous couvert de proposer des contenus intelligemment adaptés à ses usagers, pousse à la réaction et au partage. De véritables vagues de posts naissent et meurent ainsi tous les jours, comparable à celles qui secouent l’océan. Certaines atteignent même le niveau Tsunami (#metoo par exemple).

Cet océan de posts et commentaires semble rester enfermé dans ces réseaux sociaux, et qui plus est, ne sont fréquentés que par une partie de la population mondiale. Tout ça pourrait donc paraître sans effet sur le monde réel. Sauf si on vient à considérer que le tweet de Kylie Jenner n’était ni involontaire ni anodin : Facebook est notoirement fâché de ne pas avoir réussi à mettre la main sur Snap Inc., de là à imaginer qu’ils aient pus téléguider le tweet malheureux. Non, je refuse de lancer le buzz…

Share Button

Les ChatBots pourront-ils être de bons vendeurs ?

Share Button

Que ce soit dans l’e-commerce ou le retail physique les chatbots (ou agents conversationnels) se multiplient. Pensés pour assister la vente voire la déclencher, leur efficacité sera-t-elle à la hauteur des espoirs qui y sont placés ? on peut à cette heure s’interroger.
Commençons d’abord par une entreprise de démystification. Pour les spécialistes, on serait en plein IA-washing, une mode qui consiste à affubler toute nouvelle techno d’une dimension « IA ». Les chatbots, logiciels d’émulation de conversation humaine, en sont les premiers exemples. Or en pratique, de quoi s’agit-il la plupart du temps ? De bons vieux programmes dits déterministes, conçus pour dérouler une conversation dont on a scénarisé à l’avance la progression. S’il y a une forme d’intelligence, c’est dans leur capacité à intégrer, au fil des échanges, des variantes de cheminement, issues de l’analyse statistique des précédentes conversations. C’est ce que l’on désigne aujourd’hui par « machine learning ». Ce n’est pourtant pas neuf : cette capacité d’apprentissage était le fondement de qu’on appelait il y a trente ans, avec un autre paradigme il est vrai, « systèmes experts ».
Quand bien même ces conservations finissent par prendre des tournures intelligentes, cela ne veut pas dire qu’elles auront l’efficacité d’un humain. Spécifiquement dans une posture de vendeur. Car certaines qualités du « bon vendeur », ses softs-skills comme on dit aujourd’hui, ne peuvent pas s’exprimer.
Il manque d’empathie
Comment un chatbot peut-il manifester de l’empathie ? Cette qualité du vendeur qui l’amène à s’imprégner des raisonnements de son client, partager avec lui une part de son existence et mieux investir son besoin. On pourrait toujours essayer de lui inculquer la pyramide de Maslow, en modéliser les valeurs et lui apprendre à en exploiter les ressorts. En attendant, je ne vois pas comment un chatbot pourrait détecter et comprendre que j’ai faim et que son discours sur les qualités de son bidule à moteur écologique ne me passionne pas du tout à cet instant.
Gagner ou perdre, une valeur inaccessible
Même s’il est programmé pour gagner, un chabot ne peut pas percevoir ses réels enjeux. D’aucuns diront que tous les logiciels de jeux l’intègrent pourtant largement, c’est même souvent leur raison d’être : faire mieux, améliorer son score, vous battre, bref : « gagner ». Mais au fond gagner ou perdre se résume pour ces logiciels à deux statuts, binaires et sans réelle matérialité. Un éternel postulat philosophique est requis pour l’expliquer : il faudrait qu’ils comprennent qu’ils existent ET que cette existence puisse être impactée par ce statut : gagner ou perdre c’est vivre ou mourir. On en est loin.
Il n’a pas l’étoffe d’un prédateur
La dernière capacité, celle de la prédation, plus animale, correspond à cette démarche du vendeur à agir en chasseur. Le client est une proie qu’il faut capturer. Avec un certain gout pour le tableau de chasse (et surtout les commissions sur ventes bien évidemment !). Cela le met dans une posture de supériorité sur l’autre, appuyée sur une nécessaire combativité voire agressivité. C’est cette dernière attitude que les concepteurs d’intelligence artificielle ont bien du mal à modéliser, car elle chatouille aussi notre éthique. Elle s’oppose à la loi de la robotique d’Asimov : un robot ne peut porter atteinte à un être humain. Dans le genre, les fabricants de voitures autonomes sont d’ailleurs bien embêtés : il parait qu’il faut une petite dose d’agressivité pour pénétrer sur le périphérique parisien et une plus grande encore pour se frayer un chemin sur la Place de l’Etoile, alors de là à y voir débouler des chatbots vendeurs ambulants…

Share Button

A quoi sert encore la CNIL ?

Share Button

La question est un peu provocante mais elle mérite d’être posée. Nombre de situations actuelles nous démontrent que les buts poursuivis par cette commission et la loi qui la motive sont largement égratignés, voire carrément bafoués.
Rappelez-vous : nous sommes dans les années 70, l’informatique s’appelait IBM, Burroughs, Digital ou Bull, des grosses machines enfermées dans des salles climatisées et vénérées par des aficionados appelés informaticiens. Pas d’internet – au sens du web -, pas de pc, ni mobile 4G, ni cloud, ni objet connecté, rien de ce qui fait notre décor d’aujourd’hui… Le motif initial de la loi ? une simple idée de croiser des données de sources diverses (Insee, Sécu, CNAV…), née dans l’esprit tordu de troubles informaticiens. Levée de boucliers au nom de la liberté.
On est alors dans une décennie où le mot liberté est érigé comme un totem, un leitmotiv extatique d’un mai 68 s’épuisant. Une époque où l’adulte qui s’installe aux commandes de notre société s’est nourri des essais romanesques d’Aldous Huxley et de George Orwell, pourtant pas si jeunes. Ces ouvrages, dont l’emblématique « 1984 », dressent des futurs de notre société pas très réjouissants. En fait, la population regarde ces technologies avec une certaine crainte. Comme principe de précaution, on va donc tenter d’en encadrer le fonctionnement. On rédige une loi « …pour l’informatique et les libertés, 6/01/1978 ». Loi qui s’est rapidement et pernicieusement vu bafouée par les évolutions technologiques. Pour les plus jeunes lecteurs, c’est un peu comme la loi Hadopi sur téléchargement illégal : le temps d’en discuter, elle était déjà hors sujet.
Une loi presque inoffensive
Premier défaut, l’instance de régulation créée pour l’appliquer, la CNIL, n’a pas vraiment de pouvoir de justice. Elle se contente de prononcer des sanctions. Quand elles sont pécuniaires, elles s’avèrent soit inoffensives – 100 000 € à Google -, soit difficile à recouvrir.
Une loi technologiquement archaïque
Exactement comme pour le droit d’auteur, construit autour de la protection du support physique de l’œuvre – et donc inadapté au tout numérique -, la protection des données s’appui sur des modalités devenues caduques. Pour faire court, elle pensait fichiers sur disques. Comme son périmètre de compétence était national, un fichier stocké hors territoire national sort du giron de la loi. C’est la base de l’impuissance de la CNIL sur les données gérées par Facebook, puisque celles-ci sont réputées être stockées hors de France.
Une loi dans les faits contredite
Ce n’est d’ailleurs pas tellement sur cet aspect de stockage qu’il y a interpellation mais bien sur l’exploitation des dites données personnelles. La loi avait été motivée pour limiter voire interdire la référence à des attributs humains (le sexe, les choix de vie, les croyances…) dans les traitements informatiques. A l’air du Big Data, ça fait sourire. Je viens de commander une campagne publicitaire sur Facebook : j’ai pu cibler les mères d’adolescents, célibataires, avec des revenus compris entre 4000 et 6000 euros, aimant l’équitation et la Zumba. Si ce n’est pas un piétinement de la loi ça…

Share Button

Même dans le digital, il ne faut pas avoir raison trop tôt

Share Button

C’est en voyant ressurgir des offres de sites d’achats groupés que l’idée est remontée à la surface : c’est fou le nombre de concepts que de nouveaux arrivants présentent comme innovants mais qui, au fond, ont déjà eu des prédécesseurs. Comme si ceux-là avaient eu raison trop tôt.

marquesIl faut se remémorer les années 95/2000, et la première révolution internet qui a fini comme on sait : une bulle qui éclate. Je me souviens de la frénésie de certains investisseurs, déjà prompts à devancer les révolutions à venir, avec des concepts que seul le web – enfin pensait-on – pouvait initier. C’était le cas des sites d’achats groupés, tel l’emblématique CLUST, qui proposait de commander à plusieurs la machine à laver le linge modèle XYZ de chez Bidule, de sorte que le site puisse négocier auprès du fournisseur une remise conséquente… Mais le marché n’était pas prêt, ni les consommateurs, ni les fournisseurs ne semblaient prompts à apprécier les enjeux d’une telle approche. Il faut attendre le rouleau compresseur Groupon et ses millions de dollars investis, rien qu’en Europe, en support markéting et commercial pour que le concept revienne sur la place publique. Mais dans ce cas la recette était finalement ancestrale : on a beau être à l’ère du numérique, il a fallu aller sur le terrain, physiquement avec des centaines de commerciaux, convaincre des commerces en tout genre, pour que la mayonnaise prenne. Et encore, le soufflé est de lui-même retombé, une fois la frénésie médiatique passée, comme un feu de paille qui s’éteint.

Dans la même veine, il faut citer Netflix : franchement, ce n’est qu’un vidéo-club en ligne, et ça fait même un peu ringard de le désigner ainsi. Et pourtant, ça a bien commencé comme ça. D’autres y avaient pensé en leur temps, y avaient investi même, y compris en France. Ils se sont brûlés les ailes et y ont laissés des plumes. Depuis, il y a Molotov qui relève le défi mais y’a du boulot.

Il faut cependant le reconnaître, parfois le plagiat n’est pas totalement juste. La technologie est entrée dans le jeu et vient ringardiser un procédé établi. Un Coyotte en France, pionnier du partage de l’information routière, s’est fait laminé par un Waize à l’intelligence bien supérieure. Un Deliveroo écrase en quelques mois un bon vieux Alloresto, en ne proposant pas un nouveau service mais une nouvelle manière de l’organiser.

Parfois les derniers arrivés sur un concept sont tellement présents qu’on leur en attribut abusivement la paternité. Ainsi, pour les plus jeunes des lecteurs, on en est à penser que Facebook a inventé le réseau social, Google le moteur de recherche (bon c’est un peu vrai), YouTube le streaming vidéo et Spotify la musique en ligne. Non, non, d’autres avaient défriché le terrain : Les Skyblog ou MySpace pour les réseaux sociaux, AltaVista pour l’indexation, realPlayer pour la vidéo ou Napster pour la musique. Mais ils ont tous été victimes finalement de cette malédiction du premier arrivé : on est tout seul, on est bien, tellement bien qu’on ne voit pas arriver les nouveaux, avec leurs idées neuves et des ambitions exacerbées par sa propre réussite. Du coup, selon cet adage, je me dis que Google devrait un peu s’inquiéter : j’ai l’intention de monter un moteur d’indexation révolutionnaire, avec la ferme intention de devenir Kalif à la place du Kalif…

Share Button

L’entreprise de demain sera dispersée

Share Button

Impossible de ne pas le prévoir : l’entreprise telle qu’on la connait aujourd’hui va se métamorphoser. De lieu où l’ouvrier venait apporter son énergie pour produire des biens et services, l’entreprise va devenir, grâce aux réseaux, un « machin » , toujours producteur de valeur, mais dispersée,  « éparpillé par petits bouts, façon puzzle »…

Le terme est entré avec fulgurance dans le langage courant : nous sommes à l’ère de l’uberisation de notre société. Le terme concentre l’idée que l’individu peut ne plus être simplement force productive mise au service d’une entreprise mais devient producteur d’un service à part entière, service qui peut être cédé à une structure qui va la commercialiser. Un service micro qui va s’insérer dans un business macro, grâce évidemment à la puissance des réseaux. En creusant un peu, la figure est intéressante : on peut observer et déduire que plus une entreprise est connectée, c’est à dire impliqué dans le réseau, plus elle est dispersée. De mono-cellulaire sédentaire et statique, elle devient protéiforme et mobile. Poussé à son paroxysme, pour les purs players de l’internet, il y a même totale déconnexion entre la composition de ses assets, – c’est-à-dire ses moyens de production détenus – et sa performance globale. Avant, on appréciait la puissance d’un groupe au nombre d’usines qu’il détenait. Aujourd’hui on sait que le premier pourvoyeur de logements au monde ne dispose d’aucun bien (AirbnB), le premier loueur de voitures avec chauffeur ne détient aucun véhicule (Uber) et que les premiers supports d’informations (Facebook ou Twitter) n’emploient aucun journaliste. Sans oublier l’un des premiers commerces de détails au monde (Amazon) qui ne dispose d’aucun magasin physique. Quand on se rappelle la bataille de chiffonniers que se sont menés récemment les acheteurs potentiels de Darty en France, gagné haut la main par la Fnac, pour un peu plus d’un milliard d’Euros et qu’on rapporte ça à la capitalisation boursière actuelle d’Amazon, qui dépasse les 330 milliards de dollars pour 1000 fois moins de magasins, on se dit qu’on est dans un drôle de monde.

Le vertige procuré par ces perspectives est sans limite. Enfants naturels du peer to peer, on voit se déployer les technologies dites de blockchain permettant de mutualiser et de démultiplier les énergies et la puissance de production. Comme avec le cloud, non seulement, je ne détiens plus mes moyens de traitement, mais en plus je ne sais pas où ils sont, et je m’en fous !

Autre manifestation de l’éclatement de la structure « entreprise » : le Mechanical Turk d’Amazon ou l’offre de FouleFactory en France, permettent aux entreprises d’employer des petites mains invisibles et à coût négligeable, pour réaliser des opérations insignifiantes pour elles mais constituantes pour la structure qui les commande. Et relevez que ça ne se limitera pas demain aux productions de datas : voyez l’engouement autour des imprimantes 3D. Un jour qui sait, je pourrai produire dans mon salon des pièces détachées pour AIRBUS pourquoi pas !

La dernière curiosité de ce mouvement, que certains pourraient considérer comme une régression, est le passage naturel d’une rémunération au temps passé à une rémunération à la tâche, pourtant bannie au 19ème après de hautes luttes sociales de nos ancêtres. Cette évolution n’est pas neuve, puisqu’elle hante la problématique du télétravail depuis que ce concept existe, mais elle se banalise. Et même si le législateur veille, allez demander à un chauffeur Uber de rester dans les clous côté horaires : parler de 35 heures ou d’ouverture le dimanche dans un monde qui tourne déjà en 24/7, c’est sacrément anachronique…

Share Button

Mort du p’tit commerce : l’e-commerce mis en examen

Share Button

Il ne suffit pas d’aller bien loin pour en être témoin : les panneaux « à céder » se sont multipliés sur les murs de boutiques de ville ces dernières années. On dit que le commerce de proximité se meurt. Et le coupable est tout trouvé : l’e-commerce. Le cas n’est peut-être pas aussi simple. Pire, si l’on regarde de plus, l’e-commerce peut lui-même être victime des mêmes causes mortifères.

Le commerce de proximité a dû résister à plusieurs évolutions dont il a du mal à se remettre. En 50 ans, il a vu arriver les hypermarchés, qui ont profondément modifié nos habitudes de consommation. Puis les centres commerciaux, reconstituant, bien au chaud et l’abri, les rues commerçantes de nos villes. Puis, en périphérie de celles-ci, des zones commerciales, si grandes et achalandées qu’on peut y passer la journée entière à s’y promener.

La dernière évolution est l’e-commerce. Les clients ont abandonné leur commerce physique pour une boutique en ligne. Plausible mais les chiffres ne le confirment pas : d’après la FEVAD, l’e-commerce ne représentait en 2015 « que » 9 % du commerce de détail hors alimentaire. Significatif mais pas suffisant. Tentons d’aller plus loin.

D’abord, nombre de commerces ont fermé faute de repreneurs : La population commerçante, baby-boomer pour beaucoup, éligible à la retraite et désireuse de céder leur fonds à de nouveaux entrants, s’est trouvée rapidement confrontée à la faiblesse de la demande : tenir son affaire ne semble pas faire rêver les jeunes générations. Sans compter le coût du foncier qui a bien grimpé.

Ensuite, la pratique même de certains commerces a été massacrée par le numérique. La VOD a eu la peau des vidéos-clubs. Le MP3 et les plateformes d’écoute ont définitivement tué les disquaires. Les agences en lignes et forums de voyages ont balayé les agences de voyages. La numérisation de l’écrit – la presse, le courrier, le papier, – ont éteint bon nombre de journaux-libraires-papeteries. Et ce n’est pas fini ! . Certains secteurs résistent par inertie : les agences bancaires sont obligées de vendre d’autres produits que des services bancaires pour maintenir leur légitimité.

Mais la vraie cause est que le commerce de ville est victime de la banalisation de son offre. C’est dans cette direction qu’il faut chercher. Si je peux trouver, sans me déplacer, et à moindre coût, le même produit sur une boutique en ligne que dans la boutique physique, je ne vais pas longtemps hésiter. On peut dire que le commerce physique a signé son propre arrêt de mort dès lors qu’il s’est organisé en réseau banalisé, notamment au travers des franchises.

Cette approche par l’offre est intéressante parce qu’elle guette les sites d’e-commerce eux-mêmes. On peut même édicter une loi fondamentale de survie pour l’e-commerçant : si vous voulez réussir face aux géants généralistes – les équivalents des Carrefour et Leclerc d’hier -, vendez des produits qu’ils ne vendent pas. Je sais, c’est une sacrée schizophrénie à entretenir : comment voulez-vous être visible sur des produits que les internautes ne cherchent pas ?

C’est là que l’e-commerce finit par rejoindre le retail traditionnel : tout est affaire de visibilité. Pour un commerce physique, pour réussir, vous devez être présent dans la zone de chalandise fréquentée par les clients : ça se paie au travers du pas de porte.  Sur le web, au final, c’est la même chose, ça se paie en visibilité SEO : appel à prestataires, affiliations et comparateurs, coûts campagnes adwords, … Quand on sait ce que peuvent coûter ces dernières dans certains secteurs métiers, on a froid dans le dos et on peut regretter le bon vieux droit au bail qu’on payait une fois pour toutes

Le paradoxe, c’est que les purs players de l’e-commerce, au premier rang desquels bien sûr on trouve Amazon, ont déjà intégré la nécessité d’un retail physique : ils commencent à ouvrir de vraies boutiques en dur… une seconde vie pour les commerces de ville ?

Share Button

Quand les objets deviendront des clients

Share Button

Après avoir lancé l’année dernière les « Dashs buttons », des petits boutons connectés permettant aux consommateurs de commander en un seul clic, Amazon annonçait en janvier dernier le lancement de son service de réapprovisionnement automatique (Dash Replenishment Service) où ce sont les appareils eux-mêmes qui passent commande, sur Amazon bien sûr.
D’aucuns diront qu’il s’agit d’une évolution normale des choses : ma dernière imprimante HP me rappelle régulièrement que ça serait « tellement pratique » si je la connectais directement au service de réapprovisionnement d’HP…
Creusons un peu. Si l’objet connecté est capable d’acheter, il sera capable de choisir son magasin : Je vois déjà ma machine à laver chercher toute seule où ma lessive préférée est la moins chère et la commander. Demain, on pourra peut-être trouver une version IoT de « quiestlemoinscher.com ». Et pourquoi pas un google pour objets ?
vacheconnectSi l’objet est connecté, il pourra ou devra, comme son maître, réseauter, et s’entendre avec d’autres objets pour commander. Mon frigo devra d’abord s’associer avec mon lave-vaisselle pour coordonner leurs livraisons. Plus malin, il pourrait aussi s’accorder avec celui de mon voisin pour acheter groupé. Outre son aspect économique, on pourra toujours y voir une démarche écologique.
Si l’objet se transforme en acheteur, il devient client, donc cible markéting. Les magasins pour objets connectés pourront constituer des bases et des statistiques et bâtir des sources très fines et qualifiées. Un fichier des frigos qui commandent régulièrement du lait écrémé mais pas de yaourts allégés, ça vous dit ? j’ai le même mais mixé avec le fichier des machines expresso qui ne servent que 3 « voluto » par jour. Bon d’accord, on en est pas encore là, mais il est aisé de sentir qu’on y arrivera plus vite qu’on ne le pense.
Si l’objet devient client, il pourrait être « trompé » comme un humain qui se laisse berné par une offre trop alléchante. Les techniques de ventes les plus futées trouveront forcément leurs équivalentes dans le monde des objets connectés. Guerre d’informaticiens, les algorithmes d’achats de ces petites bêtes s’affronteront aux algorithmes de ventes toujours plus pointus des magasins. Quoi mon cher frigo, tu n’avais pas vu qu’avec ton pack de 6 litres de lait, tu t’abonnais automatiquement à la livraison hebdomadaire de Jambon supérieur ?
Après on pourra toujours voir se développer des affinités inter-objets ; grâce à une traçabilité toujours plus pointue, pourquoi un frigo ne pourrait-il pas tomber amoureux de mademoiselle Daisy – plus connue sous une adresse IP v6 de 16 octets- , une vache holstein de Picardie, qui lui fournit le meilleur des laits ?
Côté sombre, s’agissant d’objets programmés, on verra bien quelques hackers de haut vol, capables d’en prendre le contrôle à distance – comme démontré récemment avec les premières voitures sans chauffeurs – et leur faire acheter ce qu’ils veulent et où ils veulent. Mon frigo devra alors s’assurer que c’est bien Daisy, sa chère vache picarde, qui est au bout de la ligne et non un avatar installé au fin fond de la Chine. Et là, c’est plus tellement rigolo.

Share Button

A propos de ce blog

Share Button

Le Digitaloscope, un regard sur l’hier, l’aujourd’hui et le demain de la révolution numérique.

Formé à l’informatique au début des années 80, à l’arrivée de la micro-informatique, j’ai vu depuis déferler de nombreuses évolutions technologiques. Certaines, bien que prometteuses, sont depuis tombées dans les oubliettes. D’autres ont pris des aspects inattendus voire surprenants. C’est bien sur le cas de l’avènement grand-public de l’Internet avec sa couche Web. C’est fort de cette lecture de l’histoire récente que, modestement, je tente dans ce blog de décrypter et de discuter ces tendances passées, présentes et à venir, pour le seul plaisir de l’exercice de la réflexion. N’hésitez pas réagir !

Laurent TEDESCO
Entrepreneur
humbrain.com

Share Button